Voiles au Fil de l’Eau 2018 – 2 et 3 Juin 2018

Cinquante bateaux classiques, tous plus beaux les uns que les autres ont navigué sur le plan d’eau de Meulan Les Mureaux, plan d’eau olympique des JO de 1924 le Week-end des 2 & 3 juin 2018.

Le Département des Yvelines avait apporté son aide et son soutien à la manifestation, ainsi que le Comité Départemental de Voile des Yvelines et le Yacht Club de France qui avait accordé son parrainage. Les concurrents présents avaient fait le déplacement de toute la France : d’Annecy, de Bordeaux, de Vouglans dans les Vosges, de Normandie, de Bretagne etc… pour se joindre à cette magnifique flotte.

Parmi les bateaux les plus anciens, tous datant du début du XXème siècle, et grâce en particulier à l’Association Sequana, venue de sa base de Chatou avec quasiment toute sa flotte de voiliers : Il y avait là les seuls quatre Monotypes de Chatou connus, dont Porc épic de 1909, Classé monument historique appartenant au Yacht Club de l’Ile de France et Alcofribas tout juste restauré par l’association des Vieux Safran d’Annecy, venu tout spécialement avec son Président Jacques GT, Jean-Francois CG et Jean-Claude P., ainsi que Quod Amo et Nymphée les deux Monotypes de Sequana. Ces bateaux sont les tous premiers dériveurs de série du début du XXème siècle, inspirés du Lark américain. Egalement Roastbeef, la splendide reconstitution par Sequana du plan Caillebotte de 1892, de la série des 30m2 du CVP et la reconstitution du Monotype de Nogent-Joinville du début du XXème siècle, tout juste mis à l’eau l’an dernier.

L’Association des Vauriens était présente avec 10 vauriens : une rétrospective de ces bateaux de leur date de création au début des années 1950 à nos jours, permettant ainsi à chacun de mesurer l’évolution de ce bateau sur 70 ans.

Des Cinquos classiques, dont le plus ancien, le N° 8 de 1954 avec sa voile d’origine et plusieurs autres dont un splendide Fairey Marine de la même époque. Des Sharpie de 9m2, une Hirondelle, un rare très rare Mistral, le Plongeon Zabeth dont la marqueterie a fait l’admiration de tous, un caneton restriction tout en acajou, des Flying Fifteen, un très rare et étonnant Moth de Camping, un Moth Rolland, un Dinghie et un Dinghy 12…un Snipe tout juste restauré également et dont c’était la première sortie et bien sur les bateaux du Yacht Club de l’Ile de France avec en particulier sa flotte d’Aile.

Tout ceci a composé un tableau magnifique que les nombreux spectateurs ont pu admirer depuis la berge, soit en se promenant sur la coulée verte le long de la Seine, soit en s’arrêtant car des sièges avaient été mis à leur disposition, proche de la rive.

Les festivités ont commencé dès le milieu de la semaine, puisque certains bateaux ont commencé à arriver. Jeudi, plus de la moitié des bateaux étaient déjà présents faisant un tableau coloré sur les pelouses du Club. Samedi matin, on s’active, l’espace est très encombré de bateaux dont les vernis brillent de mille feux au milieu de la flotte des vauriens bigarrés. Les confirmations d’inscriptions sont prises par Nicole LC., Agnès V. & Viviane R. dans la bonne humeur. Un dossier complet individualisé est remis à chacun, comprenant outre le programme et les instructions de course, mais également une plaquette historique de l’YCIF. Il manque une dernière manille, on recherche une poulie, qui a une amarre suffisamment longue, j’ai oublié les miennes…tout ceci au milieu d’un sympathique brouhaha où chacun répond aux questions des visiteurs ou des autres concurrents sur les caractéristiques de son bateau, son âge, sa restauration, quel vernis a été utilisé… bref toutes questions auquel chacun répond avec plaisir et de bonne grâce.

13 h 30 le samedi, la SNSM avec ses zodiacs est en grande tenue orange et jaune fluo et prête pour assurer la sécurité et assiste avec tous les concurrents au briefing des deux arbitres fédéraux Gilles G. et Michel LC. : priorité à la sécurité, nous sommes tous là pour nous amuser, faire admirer nos bateaux, naviguer et pas pour les casser : s’il y a compétition, c’est pour le fun, il y aura un classement mais l’enjeu est limité…ce n’est pas une régate olympique !

14 h 00, mise à l’eau des 25 dériveurs : la cale de mise à l’eau est un peu encombrée et vaseuse (cause crue de la Seine au premier trimestre) mais Christian S. qui s’est mis en tenue est là pour réguler le flux et aider à la mise à l’eau dans la bonne humeur, il fait beau. Les quillards de leur côté ont été mis à l’eau un peu plus tôt le matin avec les grues et sont alignés, souvent à couple, sur les quais du Club : il faut bien caser les 23 quillards ! Quelques bateaux ne courront pas, leur âge ou leur fragilité ne le permet pas, mais ils seront cependant sur l’eau dès que le départ de la première régate sera donné et navigueront devant le Club pour le plus grand plaisir de tous.

14 h 35 : premier départ des dériveurs. Tout se passe bien, pas de rappel. Le parcours est simple. Une montée à la bouée au vent, une bouée de dégagement et descente vers les deux bouées avals qui constituent une porte que l’on peut passer indifféremment à droite ou à gauche et remonter vers l’arrivée qui est la ligne de départ. Les deux vauriens modernes et le Snipe de Jacques P.et Philippe C. (les doyens, plus de 160 ans à eux deux) partent bien en tête, mais à l’arrivée en temps réel le 5O5 de Dominique L. et de sa fille Delphine coupe la ligne en tête mais ce sera finalement en temps compensé Porc-épic, le Monotype de Chatou de l’YCIF de 1909, classé Monument historique qui, avec Antoine à la barre, grille la politesse à tout le monde et arrive premier, devant le Vaurien classique Laverdure d’Alexandre, le Président de la Classe des Vauriens et devant le Moth Rolland jaune et vernis Sundancer d’Éric Q., en troisième position.

Les Quillards sont partis ensuite, mais surpris par le courant, plusieurs bateaux sont au-delà de la ligne(OCS) et les arbitres dans l’incapacité de les identifier tous, préfèrent envoyer un rappel général et procéder à un nouveau départ à 14 h 50. Cette fois ci, tout se passe bien et les spectateurs peuvent assister à un superbe départ, tous les bateaux alignés tribord amures à l’exception d’un petit futé, il en faut toujours un (Bravo Christian H.) sur son Flying-Fifteen, qui arrive à se glisser bâbord amure entre tous ces bateaux et qui à l’arrivée remporte cette première manche en temps compensé (Le Star de Charles et Bertille Oz. l’emporte cependant en temps réel) devant le Loup de Loïc et Marianne B. et le Joli Morgann de Jean-Marc M. et Jean-François P.

15 h 45 deuxième départ des dériveurs suivis à 16 h 01 par les quillards. Peu de vent, du courant et le Comité de course est contraint d’arrêter la régate à 17 h 05, ne prenant en compte que les 15 bateaux qui ont franchis la ligne. On sort alors les bateaux, on les range pendant que l’apéritif se prépare. Les Vauriens sont alignés devant le pavillon du Club, chacun munis d’une fiche d’information sur son âge, sa construction, ses caractéristiques : c’est un magnifique tableau que beaucoup s’empressent d’immortaliser, de même que celui des quatre Monotype de Chatou sagement alignés sur l’eau au mouillage devant le Club. Nos deux Maitre d’hôtel, Jean-Philippe et Germain sont efficaces et tous sont servis rapidement : tous les participants avaient très soif après cette journée bien ensoleillée mais bien chaude, surtout sur l’eau. Le diner des équipages est ensuite servi dans le grand hangar de l’YCIF, joyeusement décoré de voiles de bateaux, devant le Vaurien 505 placé en vedette devant les tables.

Le Président Hervé M. de l’YCIF adressant un discours de bienvenue à tous les convives. Le buffet a été concocté par le Chef de notre restaurant Les Voiles du Club pour le plus grand plaisir de tous. Les vins rouge et rosé du Domaine Guizard (Languedoc) sont très appréciés, particulièrement le rosé.

Dimanche 3 juin, petit déjeuner, café-croissant puis une régate le matin avant la parade prévue pour l’après-midi. Départ des dériveurs à 11 h 45 et des quillards 10 minutes ensuite. Cependant le vent faible et le courant ne permettent pas aux dériveurs de naviguer normalement et seuls 9 réussiront à passer la ligne d’arrivée, contrairement aux quillards qui tous la passeront, sauf notre équipage doyen, ex Champions d’Europe entre autres exploits, sur le Snipe Remember qui réussissent à dessaler, Jacques se blessant légèrement (ils se demandent encore pourquoi et comment ? mais Marianne B. notre médecin urgentiste était là pour réparer les dégats) et finiront en remorque d’un canot de sécurité. En temps réel pour les dériveurs c’est le 5O5 Fairey Marine de Christian S. et Aline M. qui l’emporte mais en temps compensé, le Vaurien de Thibault V. et de la très jeune Nadia EG prend le première place devant ce même 505 et Porc-épic, le Monotype de Chatou avec Antoine F. en troisième position. Dans la série des quillards, Loreleï, l’Aile N° 182 de 1952 d’Yves T. franchit la ligne en premier, en temps réel comme en temps compensé, il est suivi par Zélée, L’aile 126 de 1944 barrée par Christophe G équipé de Christelle, la fille de Richard A, propriétaire du bateau.

Devant le peu de vent, la grande parade imaginée se transforme en une navigation informelle des bateaux devant le Club, permettant à chacun d’admirer et de photographier tous ces très jolis bateaux. Les canots de sécurité du Club se relayant pour servir sur l’eau à chacun des bateaux une canette de boisson. Une fois les bateaux sortis, proclamation des résultats et remise des prix. La tape de bouche, trophée du yacht Club de France est au préalable remise par Michel LC , lui-même membre du Yacht Club de France, à Alexandre H., Président de la Classe Vaurien pour remercier la Classe de s’être ainsi distinguée avec tous ses bateaux. Le classement final est alors proclamé par le Comité de Course, Gilles G et Michel LC, chacun repartant avec sa Coupe remise par le président de l’YCIF Hervé M. s’il était aux places d’honneur et un Mug au couleur du Yacht Club de l’Ile de France est remis à chacun des participants. L’équipage doyen, déjà cité, se voit remettre une Coupe souvenir, ainsi que l’équipage le plus jeune, Mathieu et Clémence R. ainsi qu’Alexis W. La fête est finie, elle fût bien belle et on se donne rendez-vous dans deux ans en 2020 pour la prochaine édition.

 

Crédit Photos : Michel La Clavière, Christophe Etorre.

Compte rendu : Michel La Clavière

 

Retrouvez toutes les photos dans les albums Flick : https://www.flickr.com/photos/112123622@N02/albums/72157670008315858 https://www.flickr.com/photos/112123622@N02/albums/72157667970338497

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.